Anthrax en Siberie

Libération, mais aussi les autres médias jusqu’aux JT de 20h s’en sont fait l’echo : une épidémie d’anthrax due à la décomposition d’animaux décédés depuis des siècles ou plus s’est déclarée en Sibérie où le pergelisol fond à cause du réchauffement climatique.

Les températures moyennes avoisinent les 35 degrés – contre 17 habituellement à la même saison.

Faktoriya-temperatures-juillet-2016

Températures enregistrées à Faktoryia en juillet 2016. Source

La région (a priori vers Faktoriya) a enregistré une canicule inhabituelle le mois dernier. Si l’on ne peut pas exclure un pic à 35°C, force est de constater que les enregistrements n’ont pas excédé les 25°C. Par ailleurs, 35°C n’est pas un record. Les maximales à  Yanov Stan par exemple, sont de 36.3°C en juin, et 35.2°C en juillet, comme à Nyda . On trouve même plus de 39°C à Kikiakki : comparer une moyenne mensuelle calculée sur plusieurs années voire décennies à celle de l’année en cours est pour le moins malhonnête : il a toujours existé des années chaudes et des années froides.

Les derniers cas d’anthrax remontaient à 75 ans

Ce qui nous indique que ce phénomène s’est déjà produit. Il y a 75 ans : Si tel est le cas, ou le pergélisol a déjà fondu dans le passé, ou les cas d’anthrax ont une autre cause : On trouve des cas d’anthrax dans d’autres régions de la Sibérie, comme en atteste cet article de 2012.

La source probable du journaliste, issue d’un média sibérien, est factuelle : un enfant est décédé après avoir contracté  l’anthrax. Sa grand-mère est décédée pour une raison inconnue. D’autres malades ont été hospitalisés. La majorité des personnes touchées sont des nomades éleveurs de rennes.

Cimetière Nenets, Sibérie

Cimetière Nenets, Sibérie. Source : Siberiantimes

Dans un premier temps, la cause de linfection n’était pas connue, et les soupçons se sont d’abord portés sur la canicule, avec des températures de l’ordre de 25 à 35°C (et non pas températures moyennes avoisinent les 35°C comme le rapporte Libé), faisant fondre le permafrost et libérant ainsi la maladie. Il semblerait néanmoins que l’infection pourrait provenir d’un cimetière Nenets proche,  où des restes humains auraient pu propager l’anthrax : Il est de coutume, dans ces régions, de faire reposer les corps dans des sortes de boîtes, sans les enterrer. Le 2 août toujours, la canicule ne semble pas inquiéter plus que ça les autorités, qui craignent avant tout l’extension de l’épidémie par le biais de la viande et des animaux et non par la fonte du permafrost.

Un article du 3 août 2016 nous apprend que les premiers cas d’anthrax sont apparus il y a 5 semaines, et que l’épidémie n’a pu se développer que parce que les animaux n’étaient pas vaccinés, par choix politique.

Enfin, le 5 août 2016, la piste du cimetière nenets semble confirmée, rejetant la thèse apocalyptique d’une bactérie ancestrale réveillée par le réchauffement climatique. D’ailleurs, les températures sont depuis retombées bien en-dessous de la normale. L’épidémie aura été traité avec beaucoup de professionalisme par les autorités locales qui semblent habituées à ce genre de problèmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Image CAPTCHA

*