La montée des eaux de l’Atlantique provoquerait la disparition d’un bidonville au Liberia

L’information vient de l’AFP. le bidonville de West Point à Monrovia au Liberia serait en passe de disparaître à cause de la montée des eaux de l’Atlantique. Évidemment, lorsqu’une telle information est diffusée par l’AFP, elle est reprise en boucle sur de nombreux médias (Le Monde, Orange, Yahoo, France24, etc) qui la relaient sans vérifier. Et les personnes sensibilisées au réch chang déréglement climatique se croient obligées d’amplifier l’information sur les réseaux sociaux.

L’inexorable… RT @AFP_Afrique: La mer chasse de chez eux les habitants du plus grand bidonville du Liberia https://t.co/23CDwEMgi1

— Cécile Duflot (@CecileDuflot) July 25, 2016

Face à ce flux d’articles concordants car issus d’une source unique, il est compliqué d’en trouver l’origine, et donc d’en vérifier l’authenticité : il semble en effet étonnant que ce désastre survienne depuis 2 ans sans évènements précurseurs, suite à la montée des eaux de l’Atlantique. Une autre cause est-elle envisageable ?

Quelle est l’ampleur de la montée des eaux au Liberia ?

Confrontons la thèse de la montée des eaux aux mesures objectives, celles des marégraphes. Il se trouve que les marégraphes publient leurs mesures sur Internet. Et qu’il en existe un au Libéria, à Monrovia exactement, dont voici les mesures prises sur un an tous les 5 ans :

Niveau de la mer relevé par le marégraphe de Monrovia au Libéria, de 1970 à juin 2016

Niveau de la mer à marée haute, relevé par le marégraphe de Monrovia au Liberia, de 1970 à juin 2016

Année Moyenne marée haute (cm) Maxi marée haute (cm)
1970 115.3 151
1975 119.3 151
1980 119.5 150
1985  117.9 148
1990  117.6 144
1995  119.5 148
2000  119.3 147
2005  117.3 149
2010  119.0 152
2015  120 151
2016 (jan-juin)  120.5 147

Le graphique est assez clair : il n’existe aucun niveau record des marées depuis 1970.

D’autres causes peuvent-elles être envisagées ?

West Point, comme une partie du litoral liberien, est victime d’érosion. La page anglophone de Wikipedia l’attribue aux dégradations environnementales dues à la surpopulation, en s’appuyant sur l’article paru en 2007 « West Point, Liberia: An environmental menace » de Morris T. Koffa dans « The Liberian Dialogue » . Cette thèse est par ailleurs précisée par Eugene Shannon, ministre des territoires liberiens en 2008, où il mentionne le pillage, par les populations locales, de pierres ou éléments métalliques censés protéger les côtes de l’érosion.

Conclusion

Le problème d’érosion des côtes existait donc avant ces deux dernières années ; Et non, la montée des eaux n’a pas pu provoquer les catastrophes citées dans la brève de l’AFP pour la simple et bonne raison qu’il n’y a pas eu de montée des eaux significative à Monrovia depuis une cinquantaine d’années. Reste la seule information crédible de la dépêche, la détresse des populations locales. Mais qui s’en soucie vraiment ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Image CAPTCHA

*