Point cyclisme : Jusqu’ici, tout va bien.

Ci-dessous, une vidéo tournée le 22 mai vers 17h. Sur 500 mètres, deux refus de priorité et un automobiliste stationné sur la bande cyclable qui tient à me faire connaître sa philosophie de vie.

Rappel : À Nancy, la cohabitation cyclistes / automobilistes se passe presque sans heurts. Presque, parce que quand-même, les cyclistes, ils font n’importe quoi, se croient dans leur bon droit et font chier le monde avec leurs revendications à la con.


Retour du boulot à vélo : tout va bien par zerozeroced

Morceaux d’anthologie

Je ne vous dérange pas.

L’automobiliste stationné sur la bande cyclable :

– Je ne vous dérange pas !

Le cycliste :

– Ben si…

L’automobiliste stationné sur la bande cyclable :

– Non je ne vous dérange pas ! D’ailleurs, l’autre cycliste qui est passé devant vous, je ne l’ai pas dérangé, il n’a rien dit…

[Note : Si ça c’est pas une preuve, hein. Bon, l’autre cycliste en question, c’est ma femme, et je sais que ce comportement la gonfle méchamment]
Le cycliste :

L’automobiliste stationné sur la bande cyclable :

– De toute façon, ça ne sert à rien de discuter…

 Un petit moment de racisme ordinaire :

L’automobiliste stationné sur la bande cyclable :

– De toute façon, je serais étranger, tu la ramènerais pas, tu te serais déjà barré…

Le cycliste :

– …

L’automobiliste stationné sur la bande cyclable :

– C’est vrai ou c’est pas vrai ? Hein ? Dis voir ?

Le cycliste :

– Sale con (oui, désolé, mais là, ça a dépassé ma capacité à encaisser la connerie et la vulgarité)

L’automobiliste stationné sur la bande cyclable :

– T’es rien qu’un branleur. T’as d’la chance [suivi de menaces physiques]

Je signale à toutes fins utiles que je parcours environ 10 km par jour dans l’agglomération nancéienne. L’évolution du comportement incivique de certains automobilistes encouragés par l’inaction des pouvoir publics, m’impose d’éviter autant que faire se peut les bandes cyclables inutilisables. Malheureusement, le soir, j’emprunte quelques centaines de mètres de bande cyclable : l’une rue Mansuy Gauvain sur laquelle les clients du MIDAS sis en face ont pris leurs habitudes, et l’autre rue de Bonsecours, devant le lycée Prouvé, qui sert à la fois aux bus scolaires et aux véhicules des parents d’élèves.

Je remercie la ville de Nancy et la Communauté Urbaine du Grand Nancy qui, par leur inaction et leur refus de créer des espaces cyclables sécurisés, encouragent ces  personnes à l’incivisme décomplexé. Les faits démontrent que ces personnes deviennent de plus en plus nombreuses, sans-gêne, arrogantes, intolérantes et agressives envers les usagers des bandes cyclables et autres trottoirs.

Mais bon, ne cédons pas à un scepticisme exagéré : jusqu’ici, tout va bien. Je suis encore vivant et entier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Image CAPTCHA

*