L’Apocalypse selon Saint-Giec

Dong dong ! la fin du monde est proche Dong dong !

Le GIEC vient de rendre son nouveau rapport. Sans surprise, il est un peu plus catastrophiste que les précédents. Comme en 2009 (Copenhague), 2010 (Cancun), 2011 (Durban), 2012 (Doha) et 2013 (Varsovie), il s’agit de notre dernière chance pour agir pour le climat. Après, il sera bien évidemment trop tard pour limiter le réchauffement à 2°C au dessus de l’ère préindustrielle, laquelle était la bonne température qui provoquait le bon climat. J’en vois qui rigolent au fond, mais ce n’est pas drôle : qui connaît le nombre de dernières chances qu’il nous reste ? Si ça se trouve, c’était la dernière dernière chance, qui sait ?

Réchauffement climatique : de quoi parle-t-on ?

Peut-être l’avez-vous oublié, mais voici ce que l’on vous a vendu en tant que réchauffement climatique de la fin des années 90 à 2007 :

Hockey stick du Ph. D. Michael Mann

Hockey stick du Ph. D. Michael Mann

Le réchauffement climatique est caractérisé par une hausse brutale des températures, à un rythme jamais vu depuis des millénaires. J’ai recherché les mesures à compter de 1997, afin de compléter le travail de Mann. Ça fait froid dans le dos (attention, ces images peuvent heurter un public non averti) :

Températures moyennes de la Terre entre 1997 et 2014

Températures moyennes de la Terre entre 1997 et 2014 source : Woodfortrees

Au premier coup d’œil, on se rend compte que la situation est dramatique, avec une hausse des températures exponentielles.

En fait, c’est maintenant établi : en climastrologie moderne (post 2007 on va dire), la mesure des températures ne permet plus de déterminer le réchauffement climatique, ce qui ne remet nullement en cause l’inéluctabilité de la Catastrophe. D’ailleurs, comme l’avaient prévu les modèles climatiques utilisés par le GIEC, la chaleur a traversé subrepticement les couches atmosphériques sans se faire repérer, pour s’enfouir subrepticement dans les océans,  ce que l’on constate aisément à la lecture de la courbe ci-dessous :

évolution de la température des océans de 1997 à 2014 (HADSST2)

évolution de la température des océans de 1997 à 2014 (HADSST2)

En fait, non, la chaleur s’est enfouie en-dessous de 700 mètres, là où on ne dispose pas encore de mesures.C’est ballot, mais il n’y a pas d’autre explication.

On pourrait s’appuyer sur l’évolution des températures sous les 700 mètres disponibles depuis 2006 grâce aux sondes ARGO, mais là encore le résultat n’est pas probant avec une augmentation des températures de l’ordre 0,02°C par décade, largement inférieure à la précision des instruments. Ce qui ne remet bien évidemment pas en cause l’hypothèse du réchauffement climatique anthropique et prouve bien que la situation est de plus en plus grave et il est urgent d’agir : il s’agit de notre dernière chance !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Image CAPTCHA

*