Éducation Nationale : Salaire : Pas de printemps en 2014

Je suis tombé un peu par hasard sur cet article relatant les dérives du pouvoir d’achat des enseignants. Si je comprends leurs revendications, si je suis globalement d’accord avec le constat, je me dis qu’à un moment, il faut aussi arrêter cette victimisation à outrance dans laquelle se fourvoient facilement les représentants de corporations, aussi respectables soient-elles.

Lorsque je lis « les salaires des enseignants , à catégorie égale, sont inférieurs à ceux des autres fonctionnaires » , je ne puis qu’approuver, et même regretter que le professorat ne soit pas mieux rémunéré. Mais lorsque je lis « quand le gouvernement gèle le point Fonction publique il bloque le salaire des seuls enseignants. Dans les autres ministères le jeu des primes vient modérer la rigueur… » , là, je dis qu’il vaudrait mieux se renseigner : si les primes n’augmentent pas plus que le point d’indice, le salaire global n’augmente pas non plus… Je suis personnellement soumis à ce régime de primes, et la « modération de rigueur » dont parle l’auteur de l’article se monte très exactement à 4,48 € par mois de plus en 2013 par rapport à 2010. Peut-on sérieusement parler de « modération de rigueur » ?

Mais là où l’argumentaire confine à l’indécence, c’est lorsque François Jarraud argumente ainsi : « Même si « on ne devient pas enseignant pour devenir riche » , choisir délibérément ce métier devient chaque année davantage un choix irrationnel qui ne peut se justifier que pour un revenu d ‘appoint. » Non mais allo quoi ?

2 réflexions au sujet de « Éducation Nationale : Salaire : Pas de printemps en 2014 »

  1. Salima

    Pas une très bonne nouvelle pour les profs. Dans ces conditions et malgré une réglementation stricte relative au non cumul de plusieurs emplois, il ne serait pas étonnant de voir des enseignants chercher des heures de cours à domicile pour arrondir leurs fins de mois.

    Répondre
    1. 00ced Auteur de l’article

      À ma connaissance, les fonctionnaires ont le droit de proposer des cours à domicile, il s’agit d’une exception au non cumul des emplois. Mais ce que je relève, c’est que les profs sont ni plus ni moins dans la même situation que les autres fonctionnaires ; et que, par ailleurs, un salaire mensuel de l’ordre de 2000 euro brut à l’issue de la première année et 3600 en fin de carrière est tout sauf un revenu d’appoint.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Image CAPTCHA

*